[LIFESTYLE] Mystere poetique: Sappho.

25Mar07

Sappho est connue comme étant « la Lesbienne », c’est-à-dire, au départ par antonomase, « la personne célèbre de Lesbos ». L’homosexualité féminine, n’ayant jamais été vraiment tolérée dans l’Antiquité, le terme de lesbienne en est venu à désigner une femme homosexuelle au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. D’une même manière, les termes dérivés de son nom, comme l’assez rare saphisme et l’adjectif dérivé, saphique, dénotent plus souvent l’homosexualité féminine que ce qui a trait à la poétesse.

Œuvre de Sappho

Très célèbre et appréciée dans l’Antiquité — Platon, dans une épigramme qui n’est sûrement pas de lui, la qualifie de « dixième Muse » — il ne nous reste de ses écrits que peu de traces : un seul poème est arrivé jusqu’à nous dans son intégralité, l’Hymne à Aphrodite, les autres étant lacunaires (ce sont des fragments sur papyrus, des citations parfois limitées à un vers voire un mot). Son thème favori semble être la passion amoureuse. Elle a aussi écrit des épithalames. On peut donc dire de sa poésie qu’elle est lyrique.

Malgré le flou qui entoure son œuvre, certaines pièces restées très célèbres ont été pérennisées par des réécritures nombreuses, comme cette citation de dix-sept vers faite par le Pseudo-Longin dans son traité Du sublime décrivant une femme connaissant les affres de la passion en voyant celle qu’elle aime rire et se rapprocher d’un homme (fragment 31 de l’édition Loeb, fragment 2 dans l’édition Bergk) : source d’inspiration pour Louise Labé dans son sonnet VIII ; on en retrouve aussi l’esprit dans la description que fait Jean Racine de la douleur de Phèdre dans sa pièce homonyme (acte I, scène 3, tirade commençant au vers 269). Ce poème, mêlant description des douleurs tant physiques que mentales endurées par une femme amoureuse sans être aimée en retour est devenu un véritable topos littéraire.

Elle écrivait dans un dialecte grec dit éolien voire lesbien (caractérisé par la psilose, un bouleversement de l’accentuation et le maintien du digamma). On lui doit un mètre particulier dit « mètre sapphique ».

© ’07 wikipedia.org

Powered by ScribeFire.



No Responses Yet to “[LIFESTYLE] Mystere poetique: Sappho.”

  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: